Fêtes de Terroir :

Fête du Pain 2013

fete du pain

Fête du Pain

Dimanche 25 août 2013


Cette année, c'est le retour de la Fête du Pain. Devenue bisannuelle pour mieux se préparer et développer son thème, la Fête du Pain est attendue par les  nombreux amateurs de pain authentique, de fours à bois et de folklore.


Le 25 août 2013 à partir de 10 heures ce sera la 14 ème ! Le petit village de l'Avesnois, situé à 6 km de Maroilles, au coeur du bocage avesnois va encore exhaler les bonnes odeurs du feu de bois et du pain cuit. A chaque fête, c'est près de 3000 pains qui sont cuits dans un immense fournil à ciel ouvert. Spectacle unique en France ( six fours à bois mobiles rassemblés en un seul lieu, plus celui du maire, dans un petit local attenant à sa maison, une ancienne fermette), il vaut le coup du déplacement. D'ailleurs les connaisseurs le savent bien et sont les premiers à se promener sur la place du village, sur le terrain de foot derrière l'église.

NB: Pour ceux qui veulent avoir un avant-goût des fours, il faut se rendre sur l'ancien site de la Fête du Pain:

 

 

Notre thème: les années 1900.

 

 


 


Thème nouveau à chaque fois pour visiter le folklore, les traditions d'autres pays ou d'autres époques.


Bien sûr on retrouve toujours la base qui a fait le succès de la Fête:


Dans le village : 7 fours à bois en action. Pétrissage, cuisson du pain, dégustations. Riboches et rôties au fromage gras ou au Maroilles.
Village des producteurs et de l’artisanat . Ateliers gratuits de fabrication et cuisson de pain pour enfants.

 

 

 

Les nouveautés "1900":

 

-le pain pollka

-le petit train touristique qui vous fera découvrir gratuitement le centre du village et son patrimoine.

- le marché bio. autour du kiosque.

- des chanteurs 1900: les Poulbots du Musette.

- les danses des enfants

- les danses des adultes: a/ le quadrille des lanciers b/ le quadrille américain; c/ les danses ragtime

 


Contact :  Président: Patrick Antoniol0608927229

Odette Largillière -Trésorière 03 27 59 41 05

Mairie - 0327594051


A noter aussi  les rendez-vous de nos partenaires belges :


-la Jurade Princière de Chimay avec sa Foire Franche des Produits de Terroir et de l’Artisanat 07 juillet 2013

- la Fête du Pain de Mont Saint-Aubert
(Tournai) 14 juillet 2013

 

 

 

 


 

 

Programme de la Fête du Pain 2013

Thème « les années 1900 »

 


-10 h : Inauguration face à la mairie. 1ères danses des enfants de Bernadette Moisson.

-10 h : Premier atelier de pain pour enfants (pagode blanche sur le terrain de foot) responsable de l’équipe Marie-Cécile Pilatus.

-12h30/ 13h  : 2ème série de danses enfants sur le podium.

-13h : 2ème atelier de pain pour enfants ( pagode sur le terrain de foot)

-13h15 / 13h45 : 1ère série de danses 1900 par l’Atelier de Danses Folk

( adultes) de Grand Fayt ( sur le podium) / responsable Denis Kocurek.

-14h/15 h : spectacle, récital, animation les Poulbots du Musette. ( podium)

 


-15h / 15h30 : 2ème série de danses adultes 1900 ( podium)

-15h : 3è atelier de pain pour enfants ( pagode sur le terrain de foot)

-15h / 15h20 3ème série de danses des enfants sous le kiosque devant la mairie.

-15 h 20 / 15h 50 « animation de rue » par les Poulbots du Musette sous le kiosque.

-15h45/ 16h : 4ème série de danses des enfants de Bernadette sur le podium.

-16h /17h : spectacle des Poulbots du Musette sur le podium.

-17h/ 17h30 : 3ème série de danses adultes par l’Atelier de danses folk de Grand Fayt sur le podium.

 


Voici les liens qui vous permettront de découvrir un peu plus

la Fête du Pain: ( n'hésitez pas à cliquer dessus)

 




 

Chronique de la Fête 2013


( vue par Patrick Antoniol) ( on n'est jamais si bien servi que par soi-même!....)

 

Lundi ...c'est parti mon kiki!

Dès potron-minet ( c'est-à-dire "assez tôt") ( c'est pour faire un peu plus ancien...) une équipe de bénévoles prépare (à Grand Fayt chez Paul et Odette Largillière) le bois et les fagots pour les fours. Il faut couper, charger et descendre la remorque au village. Ces fagots en tas qui font penser un peu à Jeanne d'Arc sont la preuve que la Fête du pain se prépare bien avant la semaine fatidique; c'est en plein hiver qu'on va les couper et les presser dans les "retaillures" du bois de haie que nous laissent certains fermiers sympas. Et lorsque Sganarelle promet à Martine "d'en faire plus de cent avant la fin de la journée" on comprend mieux l'exagération lorsque l'on en fait 30 dans la journée ( et encore! à plusieurs!)

 

L'après-midi, nous partons en couple antoniolesque chercher le blé réservé bien à l'avance (aussi...il faut savoir anticiper  nos besoins...) et pour ce faire nous déplaçons la remorque double essieu, un peu comme si c'était notre caravane. Il y a un petit air de vacances dans l'air sauf que là, il s'agit d'aller chercher les 400 kg de blé bio chez Mathieu Lancri à Marcq en Ostrevent ( distance: 66 km), ce qui n'est pas vraiment une destination touristique.

 

Puis nous allons les conduire au moulin Morage pour que le blé soit parfaitement nettoyé dans les machines idoines que nous ne possédons pas.

 

L'ensemble nous sera livré jeudi après-mid: notre blé bio qui pourra ainsi passer dans le moulin autrichien à meule de pierre et les sacs de farine classique des Ets Morage. Cela fait des années que nous travaillons avec le moulin Morage père et fils. C'est un moulin à cylindres qui fonctionne encore avec l'eau de la Selle à Noyelle sur Selle. Et, sans être consacré au bio, l'ensemble de ce qui se fait là représente une qualité certaine et surtout artisanale.

 

 

Mardi...alors là cela devient du sérieux!

C''est le jour du grand nettoyage: il faut sortir tout le matériel stocké chez Maryse et le nettoyer au Karcher à eau chaude: il s agit des claies, des étagères, des pétrins, des caissettes...IL faut beaucoup de matériel pour fabriquer du pain et des riboches en quantité.

 

 

D'après Louis, le petit fils de Rosi c'est Obélix et Astérix qui sont à l'oeuvre ici. Il ne manquerait que Falbala , quoique, en cherchant bien sur la photo ci-dessous...quant à Abraracourcix, je ne vous dis pas qui cela peut être...

 

 

L'ensemble est acheminé en convoi de remorques à la salle polyvalente et malheureusement entreposé à l'intérieur ( alors que nous voudrions éviter les doubles manipulations) car des vols sont toujours à craindre ( en particulier nos tables en inox, nos armoires en bois...)

Dernier épisode de la soirée sans quoi la journée n'aurait pas été complète et épuisante: la répétition de danses. Nous avons fait les trois programmes: le ragtime et cake walk, le quadrille américain et celui des lanciers. De quoi bien dormir ou au contraire s'agiter pendant le sommeil en se demandant quel problème d'organisation me tombera encore dessus demain!

 

 

Mercredi....le navire vogue de toutes ses voiles!

Le fameux podium: il y aurait tant et tant à dire sur ce podium!...Il est vrai que cela reste un problème pour une fête comme la nôtre. Nous avons besoin d'une telle installation car les danseurs ( petits et grands doivent pouvoir évoluer correctement au regard de tous) et les chanteurs musiciens ont besoin d'une vraie scène. Il faut que ce soit couvert car la Fête du terroir est en plein air par définition et les averses orageuses sont souvent là pour nous rappeler que nous ne maîtrisons pas la météo. Ce podium nous est gracieusement prêté et monté par la commune d'Avesnes sur Helpe et pour la deuxième fois en 4 ans il ne sera pas bâché.
Croisons les doigts pour que ce ne soit pas "Singing in the rain"!

 

 

Ce matin c'était le déplacement "matériel du PNR de l'Avesnois" qui depuis 1996 soutient cette fête du pain. Nous avons emprunté 18 stands ( nous n'en prenons plus 30 car il faut soulever les caisses, les redéposer, monter les stands en trop), 3 parasols et une exposition. Je n'avais pas réservé les poubelles de tri sélectif et nous ne sommes pas sûrs de les avoir. Certains s'en réjouissent déjà....car il faut tout vider et re-trier après la fête!)

 

A 14 heures nous sommes allés chercher à Marpent. les pagodes de la Fédération des Fêtes de Terroir que j'ai l'honneur de présider par défaut  Comme toujours nous pressentons les problèmes de gestion et de montage de ces 8 pagodes car certaines fêtes de terroir qui les empruntent ne respectent pas trop les règles. D'ailleurs il manque déjà 16 piquets d'ancrage. Or j'en avais racheté plus de 20 pour arriver au nombre de 32 qui correspond aux 4 pieds de chaque pagode. Et de plus cela m'avait coûté la peau des.... (fêtes!)

 

Comme vous le voyez sur la photo ( avec en arrière-plan le responsable de la restauration et président de la pêche), il va falloir retrouver dans chaque sac les toits et les côtés des pagodes, les nettoyer lorsqu'ils seront installés sur les armatures en alu qu'une certaine fête a réussi à plier!

Et pendant ce temps, pour ne pas perdre de temps, une équipe de volontaires a commencé à monter les stands du PNR sur le terrain de foot. Par précaution nous les avons installés par deux, tête-bêche car j'ai vu , lors de la deuxième fête du pain, un de ces stands soulevé par un coup de vent atterrir sur une voiture en stationnement!

 

Ce soir les pétrins sont nettoyés et mis en place. Ils ne demandent qu'à tourner: ils sont impatients comme nous de s'adonner à la magie du pain!

Jeudi: on passe à la vitesse supérieure!

 

La préparation monte en puissance.Les deux premiers chapiteaux arrivent et il faut tous s'y mettre. En effet il font 12 mètres de long et après avoir monté le toit il faut tenir chaque piquet pour basculer dans un premier temps l'ensemble puis le redresser sur les autres piquets. Il seront comme d'habitude au podium et comme d'habitude une fois que nous aurons mis les tables et les bancs, il sera difficile pour les serveurs de slalomer entre les clients.

Le moment le plus important de la préparation reste bien sûr la mise en place des fours. Nos boulangers en chef sont contents; il ne reste plus qu'à faire chauffer le four à gueulard qui va servir dès demain.

 

Mais pour faire du pain il faut de la farine, notre blé bio qui était de retour avec le reste de la farine Morage est aussitôt mis dans la trémie et la meunière lance la première mouture.

 

 

 

 

Vendredi: on ne peut plus s'arrêter!

Par un heureux hasard, ce jour est placé sous le signe des panthères ... D'abord des panthères roses puisque deux de nos employées communales et ainsi que Josiane s'étaient mise en rose pour aider à la fabrication du pain.

Puis en nous dirigeant vers le moulin de la gare nous sommes avons rendu visite aux panthères  blanches qui nous moulent ( eh oui, c'est comme ça que ça s'écrit) de la farine bio en continu, à la fois pour faire le pain bio demain mais aussi pour vendre dans de petits sachets avec de belles" nétiquettes", na!

 

Puis en continuant notre périple, nous tombons sur le tigre à moustache....non, soyons sérieux, il s'agit de Denis notre électricien chef qui a commencé à monter tout le réseau électrique de la Fête du Pain; ce qui n'est pas une mince affaire puisqu'il s'agit d'alimenter en toute sécurité les artisans et les producteurs qui viendront s'installer dimanche matin mais aussi et surtout les pétrins, les chambres froides en tri-phasé, l'éclairage du fournil pour samedi. C'est du vrai travail de pro et d'ailleurs Denis est équipé comme un pro.

 

 

Jeudi en fin d'après-midi, c'est le début de la fabrication de pain.Non pour la vente, ça sera samedi mais pour la restauration. Philippe, Christian et Josiane sont déjà à la manoeuvre afin que nous ayons du pain demain samedi midi, deuxième jour des agapes collectives...car c'est ça aussi la Fête du Pain, on soigne nos bénévoles en leur offrant le repas le vendredi et le samedi.
Et puis cette première fournée sert de tour de chauffe...

 

Et pendant ce temps nos équipes de bricoleurs montent les stands du PNR qui abriteront les exposants. Bernard n'hésite pas à employer ici les grands moyens: la ficelle entre les dents il va fixer les bâches latérales qui n'ont plus de fixation depuis belle lurette. Certes ces stands que le parc nous prête sont utiles mais ils datent un peu.

 

 

 

SAMEDI... la veillée d'armes. Tout le monde à son poste!


La veille de la Fête du Pain, en plus des équipes qui continuent le montage de la Fête ( et je rappelle que comme les autres fêtes de terroir, nous devons mettre en place pour à peine 10 heures de fête toute une infrastructure afin d'accueillir, de restaurer, de distraire correctement le public des environs et des villes alentours), il y a les deux équipes qui vont animer la salle des fêtes: le pain et les riboches. Je dois avouer que je n'ai pas eu le temps de compter les membres de chaque équipe qui se croisent autour des pétrins, autour des tables à pétrir le pain et à façonner les pommes, dans le fournil autour des fours qui cuisent successivement les uns et les autres. C'est une ruche bourdonnante dont on a du mal à suivre toutes les allées et venues. Mais ce qui est sûr c'est que c'est bien vivant et que l'ambiance saisit même ceux qui ne sont que de passage et qui sont vite embauchés au pied levé pour "donner un coup de main." S'il y avait bien une seule raison pour faire la fête, ce serait celle de vivre encore au moins une fois de tels moments.
C'est là que l'on sent que la Fête du Pain est un immense organisme qui vit de sa propre autonomie collective et que ça n'appartient à personne en particulier. James Joyce parlerait d'épiphanisation du réel, c'est-à-dire quelque chose se concrétise dans un instant de grâce.


 

Qui n'a pas vécu de tel moments ne peut pas comprendre ce que l'homme peut réaliser lorsqu'il adhère à une dynamique positive, à un élan en vue d'une réalisation collective et valorisante. Cette Fête du Pain, permettez-moi le mot, c'est une entreprise humaniste et tant pis pour les sceptiques, les grincheux et les jaloux qui pourraient se gausser d'une telle affirmation: il faut l'avoir vécu pour en être convaincu.

 

Moi, et puis les autres aussi ( c'est du français ça?), nous avons tous remarqué l'adhésion des jeunes. Bien sûr, il faut leur pardonner la bataille de farine après 23 h quand le capitaine est reparti ( je dis ça parce que, adorant me déguiser, j'ai arboré , pendant la préparation et le démontage de la Fête, une casquette de capitaine pour compléter mon T-Shirt Armor Lux "Fête de la Mouette de Douarnenez!) mais il n'empêche quel travail ils peuvent fournir!

Bien sûr, il y a aussi des jeunes qui traînent à ne savoir que faire, si ce n'est des c....ies. ( d'ailleurs dans la nuit, ceux-ci, n'ont rien trouvé de mieux que de forcer les portes du nouveau transformateur d'EDF), mais bon, on n'est pas un camp de travail pour la jeunesse et tout repose sur le bénévolat, c'est-à-dire la bonne volonté des gens....et là, il en faut pas trop se faire d'illusions: dans notre société individualiste de consommation et de plaisirs égoïstes, il est plus facile de rester dans son coin ou sa bande que de venir nous aider.
Ce qui enrichit d'autant le geste de ces jeunes courageux de la Fête du Pain (ici Maxence)

 

Et puis, il y a nos anciens: Paul et Norbert, qui en dépit de leur récente opération de la hanche sont toujours là. On leur doit tellement!

Paul c'est l'inventeur de nos fours et Norbert était avec Raymonde l'initiateur de la fabrication des riboches à la Fête du Pain.

 

Comme je le disais plus haut ( et j'espère que vous m'avez suivi jusqu'à présent) le samedi midi nous mangeons ensemble...tous ensemble, tous ensemble ouais!

Il faut dire et rappeler ( il faut tout vous dire vous!) que le mot "compagnon" veut dire "celui avec qui on partage le pain".

Et s'il est bien une fête vraiment conviviale c'est bien la nôtre: car nous seulement nous partageons le pain, le repas, les efforts et les soucis mais de plus le pain "fait ensemble" a des vertus symboliques et fédératrices. Y compris pour ceux qui ne sont pas dans les bénévoles qui préparent cette fête ( vous verrez cela dans la partie suivante  Jour de Fête) ( annonce pour vous donner envie de continuer à lire cette chronique...)

 

Zut, ça c'est encore une photo des riboches. Elle devrait être avec l'autre plus haut...mais c'est pour rappeler que toute la journée les équipes ont épluché, "étrognonné" et enrobé de pâte les pommes...

Et certains en rendant visite à leur femme bénévole ont été aussitôt embauché...ici Romuald notre champion de course à pied!

Le seul point noir de la journée, la dégradation du temps: il est tombé des cordes sur notre fournil et notre moral est tombé aussi bien bas: que nous réserve le temps demain?

 

La seule parade nous est venue de Denis et Maryse: mettre un Saint Joseph dans la gouttière de la gare.

Car  "Saint Joseph dans la gouttière retient la pluie en l'air". On verra si ça marche surtout avec un président de Fête du Pain laïc!

 

 

 

 

 

 

JOUR DE FETE

IL est de films qui servent de référence: c'est la cas de "Jour de Fête" de Jacques Tati. Ce film tourné en 1947 met en scène le village de Sainte Sévère dans l'Indre, un jour de fête. Les habitants servent de figurants et encouragent "Françouè" le facteur cycliste à faire sa tournée "à l'américaine".

La Fête du pain c'est un peu cela mais c'est beaucoup plus encore: il y a des scènes mais ce n'est pas du cinéma car on y travaille, on assure des postes, on accueille les gens. Les bénévoles ( qui viennent par relations amicales ou familiales d'un peu partout en France) et les membres de notre association ne font pas semblant: recevoir plus de 4 à 5000 personnes nécessite du sérieux et du dévouement.

La sélection que je présente ici est loin de rendre compte entièrement de la réalité de la fête, de ce qui s'y passe, du ressenti de tout un chacun. Nous n'avons ( je n'ai) comme Fabrice, à la bataille de Waterloo (le héros de la Chartreuse de Parme de Stendhal) qu'une vision fragmentaire et extrêmement imparfaite de la réalité d'un événement collectif... mais ces quelques photos complètent celles qui sont sur d'autres sites de la FDP ou celles qui seront projetées lors des réunions de bilan.

FILM


1) Tout d'abord l'équipe et l'ambiance de la vente des riboches, ici avec Virginie et son compagnon qui a mis en route un remplaçant dans son restaurant avant de venir à la FDP.

2) Rémi et Pascal, deux jeunes bouchers qui s'activent aux grillades et à la restauration.

3) Cette année, "années 1900" oblige une calèche avec un cocher en tenue, en "mac-farlane", permettaient aux enfants de faire des tours gratuits. ( La FDP est une fête qui tient à la gratuité : entrée gratuite, Voix du Nord et programmes gratuits, participation au concours gratuite, tours de calèche gratuits)

4) La FDP est une fête fédératrice car non seulement elle rassemble les nombreuses bonnes volontés de ceux qui vont y travailler mais elle est aussi l'occasion des retrouvailles en famille. Ici trois soeurs Lenclud qui sont nées au village et qui ont pu visiter leur maison natale qui est actuellement celle du maire Claude Gavériaux. Le pain, les fours symboliquement rassemblent les hommes.

 

4) Un regret: ne pas avoir préparé des saynètes 1900 et les avoir interprétées pour animer la place des fours. Grâce à Maryse, j'ai pu cependant jouer au couple infernal qui secoue son dernier rejeton façon "cas soce."

5) Le coeur de la fête: le fournil qui bat au rythme des fournées; ici avec Jean Michel, sa femme ( qui nous viennent des environs de Saint Dizier et Christian.

6) L'autre poste fondamental de la FDP: la vente du pain avec Mélanie et Tima, toujours fidèles aux postes et magnifiquement costumées.

7) La vice-présidente Christine et Didier qui ont fait sur notre four crépi les rôties au fromage gras et au maroilles.

8) Pierre notre ami sonorisateur et Monique, tous les deux de Tournai qui organisent la Fête du Pain de Saint Aubert en Belgique. Comme avec tous nos cousins belges, avec eux c'est toujours  bonne humeur et  joie de vivre...

9) Et nos meunières moulaient, moulaient...ici Isabelle toute seule  ( Martine est partie danser et Marina n'est pas loin )  avec Jean conseiller municipal de Grand Fayt ( et sa femme)

10) Il ne faut pas oublier nos secouristes, même si la FDP est une fête tranquille, familiale et que par conséquent, il y a peu de raisons d'intervenir pour secourir. Il est à noter d'ailleurs que nous sommes une fête avec deux médecins sur place : Françoise ( qui est sous la tente ici) et Maryse qui circule...

11) Fête familiale, bon enfant, populaire....avec du musette. Il est vrai que le thème 1900 imposait ce genre de musique mais même sans ce thème l'accordéon et les chansons des Poulbots du Musette savent mettre l'ambiance qui correspond aux valeurs de la FDP

 

12) Deuxième point de vente du pain: dehors, à la sortie du four, ici avec Betty

13) Notre animateur, Philippe, a plus d'une fois loué le service salle de nos jeunes, qui ont répondu avec célérité aux moindres désirs des clients du chapiteau. ( "Vois sur ces canaux dormir ces vaisseaux dont l'humeur est vagabonde/ C'est pour assouvir tes moindres désirs qu'ils viennent du bout du monde." Baudelaire)

14) Ayant distribué avec certains danseurs, Marie-Ange et Delphine presque 1600 exemplaires de la Voix du Nord, j'ai l'honneur et le privilège de vous saluer bien bas et de vous donner rendez-vous dans deux ans pour une nouvelle édition de la Fête du Pain.


 

 

LA Dé-FÊTE


Bien sûr, il faut prendre le sens de "dé-fête" dans celui de démontage de la Fête et non celui de "défaite" ( "ce qui n'a pas été fait, réalisé), voire de "déroute" ( "ce qui s'écarte de la route") .

Une fête réussie se juge à sa capacité à être organisée, montée, préparée puis le jour dit à se concrétiser dans son programme, sa proposition festive, démonstrative.

On peut considérer aussi la rapidité avec laquelle, elle est démontée, rangée, classée voire classifiée.

Tout commence, ce jour-là,  après 18 heures, lorsque les visiteurs sont pour la plupart repartis....la tension baisse et tout le monde est soulagé que cela se soit si bien passé: bref on rigole; on boit un coup ( personnellement je n'ai pas le temps, ni l'appétit de manger ou de boire quoi que ce soit dans la journée...)

Ici Denis, Freddy, Marie-Ange et Jean Marc



 

Là, Daniel à la restauration est encore de service pour servir ceux qui ont servi en service.

 

 

Et ça chante sur les airs des Poulbots du musette..

 

 

Le lundi midi, le repas dans le hangar réunit le gros des troupes qui a déjà pas mal démonté, nettoyé la Fête.

Y a de l'ambiance...

 

Et on procède en sens inverse: ce qui a été monté est démonté. Vu de l'extérieur, c'est un peu bête de défaire toute cette infrastructure d'accueil qui n'aura servi que neuf heures le dimanche

Là, mardi, l'équipe est fortement réduite et cette fois-ci ce sont les sandwiches que l'on finit ( et un peu de bière ...quand même!)

 

Le mercredi midi, la place est nette. On ne pourrait pas dire que la Fête du Pain a existé pendant quelques heures.

En tant que président, je suis soulagé d'être arrivé au bout de l'aventure sans encombre ( et d'être libéré de ces obligations pour me consacrer à d'autres ) mais je suis toujours un peu triste voire nostalgique de cette disparition de la Fête.

J'espère qu'elle reviendra!

Que nous revivrons ces moments exceptionnels!

Et comme dit Stendhal: "to the happy few"!



 

 

 

Résultats du concours Fête du Pain/ Voix du Nord

15 participants=15 gagnants

1er Prix : une machine à pain : Mme Brière Annick de Wignehies  ( 15 bonnes réponses sur 15)

2è Prix : le panier des produits du terroir : Mme Van Wolleghem Bierque de Maubeuge (15/15 mais pas d’estimation du poids de farine utilisée)

3è Prix : un abonnement de 3 mois à la Voix du Nord en numérique :  Mr Lauwers de la Bassée (14/15/ 2000kg)

Les autres participants ont tous reçu des lots divers ( fournis par la Voix du Nord- la  Fête du Pain- le Lycée hôtelier d’Avesnes sur Helpe)

4         Mme Ollivier Delphine de Marbaix ( 14/15/ 300kg))

5         Mme Brychcy de Goeulzin (13/15/1270kg)

6         Mr Fiorentini de Goeulzin ( 13/15/ 1250kg)

7         Mr Fiorentini de Bellone 62 ( 12/15/ 1250 kg)

8         Nogueira  Roman d’Orange ( 12/15/1000kg)

9         Cayez Sally de Villeneuve d’Ascq (11/15/1350kg)

10     Mme  Lefort d’Aulnoye ( 11/15/1200kg)

11     Mme Huin de Grand Fayt ( 9/15)

12     Mme Loiseau de Maubeuge ( 7/15)

13     Dimanche Manon de Grand Fayt ( 6/15/2100kg)

14     Dimanche Mathilde ( 6/15/4150kg)

15     Mme Dimanche de Sorbais ( 5/15/1880kg)

 

 

Les questions et les réponses:

Jeu concours la Fête du Pain / La Voix du Nord

Les résultats ont été donnés le samedi 7 septembre à 10h30 dans les locaux de la Voix du Nord

  • 1. D’où vient le mot « compagnon » ? Quel est son sens étymologique ?
  • :du latin cum+panem: celui avec qui on partage le pain
  • 2. Qu’est-ce qu’une « paneterie » ?
  • : un endroit où on stocke le pain ( en particulier autrefois dans les casernes militaires.)
  • 3. Quel est le premier sens du mot « bled » qui a donné « blé » ?
  • : d'abord "produit de la terre" puis "céréales" d'où le terme "emblaver"= semer des céréales.
  • 4. De quand date la mise au point des « fours à gueulard » ? Pourquoi les appelle-t-on comme ça ?
  • : depuis 1891. C'est la pièce en fonte qui permet de diriger les flammes du foyer inférieur dans la chambre de cuisson
  • 5. Qu’est-ce qu’un « talmelier » ?
  • c'est le mot issu du latin qui désigne le "boulanger" qui , lui, est un mot d'origine picarde.
  • 6. Quand apparaît le « pain polka » ? Pourquoi ce nom ?
  • : dans la seconde moitié du XIX è siècle en même temps que la polka et les quadrilles ( d'où le quadrillage)
  • 7. Quel est le nom scientifique de l’engrain sauvage qui est l’ancêtre de nos blés actuels ?
  • "tritiicum monococcum"
  • 8. Combien de variétés de froment l’homme a-t-il mises au point depuis cette époque ? ( 500 – 1000-10000-20000 ?)
  • 20000
  • 9. Pourquoi le pain de l’Eucharistie doit-il être fermenté pour l’église orthodoxe et non fermenté pour les catholiques ?
  • Parce que la fermentation pour les catholiques est signe de pourriture, de décomposition alors que pour les orthodoxes c'est signe de renaissance.
  • 10. Qu’appelle-t-on le blutage ?
  • le tamisage à la main, en secouant des tamis.
  • 11. Qu’est-ce que le gruau ?
  • des céréales grossièrement écrasées, une farine grossière.
  • 12. Depuis quand l’association 1901 «  DPPVF » qui organise la Fête du Pain existe-t-elle ?
  • 1996
  • 13. Qu’est-ce qu’une gimblette ?
  • : une pâtisserie dure et sèche en forme d'anneau qui servait d'offrande pour les égyptiens.
  • 14. Depuis quand l’utilisation de la levure de bière est-elle autorisée pour faire le pain ?
  • :1840
  • 15. Que désignent ces termes du Proche-Orient «  tamur/ tabur / saj / waqdiah »?
  • : des types de fours er de foyers
  • Question subsidiaire pour départager d’éventuels ex-aequos :

 

  • Quelle quantité de farine (en kilogrammes) la Fête du Pain va-t-elle mettre en œuvre pour sa fête le 25 août 2013 ?
  • 1387.50 kg !

  • NB. Les réponses étaient cachées sur les stands de la Fête le 25 août 2013.